Une peintre très talentueuse à la galerie Jousse Entreprise

Nathanaëlle Herbelin

Publié par arman - lundi 29 mars 2021, 10:22 | Voir les avis

contemporain

C'est une nouvelle peintre que nous avons découverte récemment par hasard.

Présentée en janvier dernier par la galerie Jousse Entreprise lors d'une exposition collective, Nathanaëlle Herbelin rejoint une cohorte de peintres françaises contemporaines très talentueuses. Y aurait-il d'ailleurs en France une nouvelle Ecole de Peinture, une Ecole féminine même, à laquelle appartiendraient aussi Mathilde Lestiboudois (galerie Agnès B), Camille Henrot (galerie Kamel Mennour) et Claire Chénier (galerie Etc)?

Il est des peintures qui réussissent à accrocher l'oeil du critique ou du simple passant, l'obligent à entrer pour confirmer la sensation d'un regard. Et ce fut le cas ci-dessus pour Cloison faux diptyque peint par Nathanaëlle Herbelin en 2020. Peu de toiles arrivent avec un tel sens de la composition et des couleurs à raconter l'exigüité de nos vies allant de pair avec nos lieux d'habitation.

On ne sait si de part et d'autre de la cloison ces deux personnes, l'une de dos, l'autre qui nous adresse un regard interrogateur, se connaissent et habitent le même appartement. Et se questionne ainsi l'existence d'un quelconque lien entre deux êtres pourtant physiquement si proches.  

Sur la scène de gauche, les photos accrochées au mur, les écrans ne sont que des pâles reflets de nos vies cloisonnées, rapetissées, des miroirs sans tain peut-être même pour nous observer. L'homme assis de dos et presque nu semble cependant évoluer et nager à sa guise dans le bocal émeraude de sa chambre.

Dans la scène de cuisine à droite, cette nappe tombante aux lignes rouges verticales ancre la scène dans le réel, cache un envers resté invisible, une envie sourde d'éclater et de se satisfaire enfin chez cette jeune femme assise prostrée dans sa cuisine.

Je n'ai pas demandé le prix de l'oeuvre mais l'acquéreur sera un homme ou une femme comblée. 

L'Histoire de la Peinture regorge de toiles où l'un des personnages inconnus d'une scène lance un regard inattendu au spectateur. Gageons que ce regard oblique, fatigué par les exigences de notre vie moderne, va lui aussi devenir célèbre. Nathanaëlle Herbelin confirme sur d'autres toiles qu'elle est grandement capable de renouveler une Peinture Naturaliste qui a toujours besoin de nos nouveaux talents. Avec Cloison, Edouard Vuillard le Nabi a toujours d'excellents émules.

Nous avons 1 avis :
Tot - mardi 11 mai 2021, 18:16
Bon commentaire
Publier un commentaire :