Exposition de la collection Courtauld à la Fondation Vuitton

Collection anglaise et Effets impressionnistes

Publié par arman - samedi 6 juillet 2019, 16:29 | Voir les avis

classique moderne

La collection impressionniste et post-impressionniste réunie par l'industriel anglais Samuel Courtauld était jusqu'à présent l'un des clous un peu méconnus d'un week-end à Londres.

Profitant de sa fermeture temporaire pour travaux, nous avons eu la chance de découvrir tous les chefs d'oeuvre prêtés par la galerie Courtauld à la Fondation Vuitton dans le cadre d'une exposition exceptionnelle.

Il s'agit bien de chance en effet vu l'abondance des belles pièces exposées, peintes par les plus grands maîtres de l'Impressionnisme et du post-Impressionnisme, de Manet à Van Gogh, de Monet à Gauguin, en passant enfin par Georges Seurat et Paul Cézanne. Voici donc quelques-uns des plus beaux tableaux qu'il était possible de voir à l'exposition de la Fondation Vuitton, ceux à l'effet poétique le plus vif, le plus prompt.

Dans Effet d'Automne à Argenteuil de Claude Monet ci-dessus, la Seine telle un buvard semble absorber les couleurs de l'automne, sert de miroir aux peupliers roussissants. Le ciel bleu et le fleuve enveloppent à eux deux l'atmosphère d'une fraîcheur toute hivernale.

 

Le Printemps rieur s'est totalement installé dans ce jardin de Chatou où Auguste Renoir décide de planter son chevalet (Le Printemps, Chatou). De hautes herbes aux fleurs cotonneuses semble y exhaler une vapeur vague de rayons dardants. Notre regard aveuglé par cet heureux ensoleileillement et cette nature soudaine, interpelle notre esprit confondu déjà par autant de spontanéité. Renoir est toujours ce génial magicien qui sait incarner le bonheur sur les joues vaporeuses d'une jeune fille ou les reflets lumineux d'un champ.

 

Voici un petit port figé dans son après-midi de soleil (Le Chenal de Gravelines - Grand-Fort-Philippe). Seurat nous révèle que le bonheur est aussi immobile que ce bateau à quai pourtant seul, rétréci à la forme d'une barque, aussi statique que ces maisons "de Monopoly" rentrées dans leur forme. Si cette modestie est si séduisante c'est que le sable près du chenal réfléchit toute la lumière d'un soleil d'après-midi sans entrave. Voilà la magie des petits points de Seurat que la photo pâlotte trahit en partie.

 

A l'instar des nuages qui gonflent comme une voile, s'enroulent et culbutent comme un ruban, c'est toute la nature qui sous le ciel étonnament vert ondule, grâce au vent soufflé par Vincent Van Gogh (Champ de blé avec des cyprès).

La "Collection Courtauld" est bien l'exposition à ne manquer sous aucun prétexte en 2019.

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :