Diverses expositions sur l'un des plus grands peintres contemporains

L'été d'Alex Katz

Publié par arman - vendredi 16 août 2019, 10:38 | Voir les avis

contemporain

La Fondation Vuitton, l'Orangerie et la galerie Thaddaeus Ropac ont toutes trois exposé cet été les toiles du peintre américain contemporain Alex Katz.

L'art d'Alex Katz nous a une première fois interpelé en 2017 au Musée Maillol au cours d'une exposition consacrée au Pop Art, mouvement esthétique auquel il est souvent associé par les critiques et historiens d'art. 

Son art du portrait emprunte à un art certes un peu moins noble à la base, celui du dessin et de l'illustration. Mais par un choix de composition et de couleurs assez extraordinaire, Alex Katz transforme des personnes réelles en personnages illustrés semblant tout aussi vivants, d'apparence même plus brillante. On pourrait croire en effet que la toile, sorte de panneau à rayons X extraodinaire, transforme leur image en appliquant les canons sublimés de la bande dessinée, et en même temps préserve le sentiment de leur présence physique. C'est cette magie du "portrait vivant illustré" qui nous persuade qu'Alex Katz est aujourd'hui avec David Hockney le plus grande peintre contemporain.

Cette année en compagnie d'autres artistes renommés (Richter, Morellet, Mitchell, Wool,..), Alex Katz a longuement été exposé à la Fondation Vuitton (car l'Institution privée possède un bon nombre d'oeuvres remarquables du peintre) dans le cadre de l'exposition "La Collection de la Fondation. Le Parti de la Peinture". Lors de la visite l'une de ses oeuvres, qui n'était pourtant pas un portrait, nous a particulièrement captivé.

"Red House 3" à la Collection Vuitton

Le tableau ci-dessus en trompe-l'oeil semble si l'on regarde de plus près avoir trois dimensions : il représente une maison rouge, cachéé dans un coin de verdure - "coin" devant être pris ici au sens propre - et protégée par la densité et la hauteur des futaies. Du haut du toit se dégagent vers la gauche deux gigantesques bras verts qui nous enveloppent de nature et nous absorbent dès qu'est vue cette partie de la forêt. L'effet est réellement prodigieux en vrai et rappelle la technique d'accélération de Munch dans Le Cri. avec son pont qui semblait fuir sous les pieds du spectateur "entendant" le cri. 

Si à la galerie Ropac les nouvelles toiles de Katz nous ont quelque peu déçu, il n'en est pas de même pour ses Nymphéas, une série d'hommages de l'artiste à Claude Monet, sortes de réinterprétations du célèbre motif, peints la plupart en 2009.

Les Nymphéas de Katz

Katz est de longue date un grand admirateur des Nymphéas de Claude Monet. Il ne s'est attelé qu'il y a dix ans à réinterpreter ce motif, porté si haut par le Peintre de Giverny. Ses toiles-hommage à Monet assez stupéfiantes malgré le minimalisme et par leurs couleurs, font l'objet d'une exposition à l'Orangerie jusqu'au 2 septembre.

La scène de Homage to Monet 3 est prise en plongée à la verticale de l'eau. Les nénuphars semblent autant reposer sur sa surface qu'être accolés comme des étiquettes sur la toile du tableau. Sa surface se confond donc avec la surface de la mare produisant cet effet étrange où la réalité représentée se confond avec la réalité (celle du spectateur), et où la toile porte à l'instar de l'eau les reflets sombres des ombres nocturnes. 

Les arbres de Homage to Monet 5 présentent des formes fantômatiques aux yeux fantasmagoriques ; ils n'effraient pas pour autant ces nénuphars jaune acide qui les narguent tels des pacmen rieurs égrénés sur l'eau. Cette référence subliminale au cartoon et au jeu d'arcade, son exécution par Alex Katz ô combien séduisante, font du tableau un des chefs d'oeuvre récents de l'Art Pop.   

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :