La Renaissance italienne dans la collection Alana jusqu'au 20 janvier

L'Art des Grands Primitifs

Publié par arman - mercredi 25 décembre 2019, 19:13 | Voir les avis

classique

Cette saison le Musée Jacquemart nous gratifie encore de la venue d'une fabuleuse collection privée appartenant à un couple de chiliens fortunés. Amateurs de la Renaissance Italienne, les collectionneurs ont réuni quelques trésors qui s'inscrivent dans une large période allant des Peintres Primitifs du XIVème aux maniéristes des XVIème et XVIIème siècle. 

De nombreux grands noms classiques ont ainsi placé un de leurs chefs d'oeuvre dans cette collection (Carpaccio, Véronèse et le Tintoret, Pontormo,...). Toutefois des toiles qui nous ont le plus marqué nous avons retenu celles du Quattrocento et de la Première Renaissance pour leurs effets fabuleux et immédiats sur l'oeil.

Avec par exemple ci-dessus cette Trinité fastueuse du florentin Niccolo di Pietro Gerini, où la forme des bouquets tenues par des anges mis en quatre, répondent aux motifs des riches étoffes, aux oranges, aux jaunes des tuniques et aux bleus.

Voici ci-dessous une oeuvre encore plus impressionnante, d'un florentin de la même époque, une Annonciation.

Nous n'apercevons pas la mine dubitative de la Vierge durant l'annonciation, obsédés que nous sommes par le parfait tombé de la tunique rose de l'Ange. Les stries et les pliures y ont la forme géométrique des innommbrables jets des grandes fontaines qui couronnent les jardins. Et la couleur rose (bien moins vive sur la photo) qui rendrait celle de l'eau surnaturelle, rend plus miraculeuse encore cette apparition. C'est tout un génie qui matérialise la vie et le divin, le plus grand peintre florentin à l'aube du XVème siècle avec Masaccio, Lorenzo Monaco (1370-1425).

Voici à présent une toile d'un autre peintre très connu du XVème siècle justement influencé par Masaccio et Monaco.

Aurait-on pu rendre plus humains la couleur de peau et le visage de cet évangéliste se touchant la tempe, plus que ne l'a déjà fait Filippo Lippi (1406-1469). Un autre très grand, et très célèbre, peintre florentin de la Première Renaissance, l'un des maîtres de l'encore plus fameux Botticcelli : on peut voir ainsi la filiation de tous ces peintres jusqu'au XVIème siècle.

Toutes ces toiles appartiennent au Gothique International, d'inspiration flamande et qui s'impose dans les cités italiennes à la place des peintures d'inspiration romane et byzantine. Nous finirons toutefois par les petits panneaux ci-dessous tiré d'un diptyque vénitien qui remonte justement à cette influence. 

<
>

On admirera le soin apporté à chaque détail : notamment aux visages et aux têtes d'animaux dessinés au beau milieu d'une perspective encore naïve, aux éléments de décors dont la présence reste symboliquement sobre (l'Arbre, la Maison). Une preuve de plus que la collection Alana recèle bien des trésors. C'est d'ailleurs sûrement la plus belle exposition en ce moment à Paris.

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :