Exposition "Degas à l'Opéra" au Musée d'Orsay

Tutus et Toiles

Publié par arman - mercredi 1 janvier 2020, 19:27 | Voir les avis

classique moderne

Le Musée d'Orsay présente jusqu'au 19 janvier une large exposition consacrée à certaines oeuvres d'Edgar Degas (1834-1917), l'un des piliers du mouvement impressionniste, celles qui prennent pour sujet les danseuses de l'Opéra de Paris.

Degas nous emmène avec lui faire la visite des danseuses de ballet, faisant de nous les témoins privilégiés d'un monde confidentiel et féérique.

Degas sut si bien se faire accepté par l'Opéra de Paris qu'il put représenter pendant des décennies ses fameuses danseuses en pleine préparation de leur spectacle, et même en pleine session.

Pendant la réprésentation ci-dessus les tutus vaporeux s'illuminent comme des nuages électriques sur la tête des musiciens : leurs traits, dessinés par Degas avec une précision incroyable, rappellent la technique des grands peintres Hollandais. Ces deux toiles réunies pour l'exposition forment un merveilleux diptyque créé pour cette circonstance.

La lumière blanche qui éclaire la scène semble pétrifier à la craie les danseuses avant leur répétition. Loin d'être déjà alertes elles s'étirent après avoir quitter les murs et la torpeur de cette grotte qu'est le fond de la scène, comme des créatures ne vivant que de ballet et d'opéra.

L'attention des danseuses toutes à leur pas oriente notre regard vers la tulle bleu de leurs robes, de ci plus ou mons épaisse, de là plus ou moins transparente. Elles forment un ensemble aussi ténu et compact qu'un nuage, s'ouvrent et s'étirent comme une corolle, malgré le décor qui s'effrite en grains bleu-verts. De leurs nuances turquoises ils précipitent et se concentrent pour colorer ces robes et faire soudain revivre le Bleu.

C'est dans le silence ombragé des mansardes qu'on se vêtit des tutus brillants, c'est dans le recueil des combles que se passent les tenues des grands ballets. Les reflets bleus des robes et les dos baignés de lumière donnent une touche féérique que l'excentricité d'une chevelure rousse conteste à l'intrusion du soleil. Ne perturbez pas la concentration des petits rats !

 

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :